Travail sur la "réactivité"

Vivre avec un chien "agressif"

Tonneau Lindsay

8/14/20217 min read

Travail sur la "réactivité"

La réactivité, qu'est ce que c'est ?

La « réactivité » c’est une étiquette qu’on utilise pour parler d’un individu qui réagit à un stimulus* de manière exacerbée.
Un chien « réactif » peut présenter des comportements très différents :

  • Fuir ou chercher à fuir

  • Rester complètement immobile (comme gelé)

  • Tirer sur la laisse, charger, sauter, ...

  • Grogner, aboyer, ...

  • Montrer les dents, mordre, ...

  • Etc.  

*Stimulus : Tout élément physique, chimique ou biologique capable de déclencher des phénomènes dans l'organisme, notamment des phénomènes nerveux, musculaires ou endocriniens.

Que nous parlions de réactivité, d'agressivité, de phobie, etc. Nous abordons toujours le même thème : celui de comportements exacerbés dirigés vers un ou des "déclencheurs" précis, dans des circonstances précises.

Un chien "réactif", "agressif", ou "phobique" ne l'est donc pas dans toutes les circonstances et envers tout ce qui l'entoure. Quand on parle de "réactivité" chez le chien, on cible plus communément des "déclencheurs" comme :

  • Les humains inconnus

  • Les autres chiens

  • Les voitures, camions, tracteurs, ...

  • Cyclistes, trottinettes, skateboard, ...

  • Les bruits sourds (feux d'artifices, ...)

  • Etc.

Bien entendu, chaque individu est différent, chaque environnement est différent, chaque situation est donc unique et les comportements et déclencheurs décris ci-dessus ne sont que des généralités destinées à vous initier au concept de "réactivité".

Ces comportements exacerbés peuvent avoir différentes causes :

  • Un terrain génétique favorable

  • Des problèmes de santé (douleurs, hormones, ...)

  • Des expériences stressantes

  • etc.

Il est donc très important d'observer que la réactivité n'est, dans bien des cas, pas due à un manque d'éducation. Que dans bien des cas, les humains vivants avec ces individus réactifs ne sont pas la cause de leurs comportements.

Vivre au quotidien avec un chien « réactif » peut être très difficile.

Vivre avec un chien "réactif" n'est certainement pas facile. D’abord il y a la reconnaissance de l’état émotionnel de votre compagnon : voir son meilleur ami dans ces états, ça vous brise le cœur. Ensuite, il y a le regard des autres et leurs remarques : « Tu devrais le ramener à la SRPA », « ce chien est dangereux », « Il faut lui montrer que tu es le chef », …

Et puis, il y a vous, qui commencez à avoir peur, vous aussi, de croiser ces fameux « déclencheurs ».
Vous qui voulez éviter à tout prix que votre chien fasse une nouvelle « crise », vous qui faites de votre mieux à chaque instant et pourtant continuez d’essuyer les regards, les remarques, les échecs et l’incompréhension. Vous qui parfois êtes déchiré entre l’envie de mettre fin à ce calvaire, et l’amour inconditionnel que vous portez à votre compagnon.

Il y a quelques années, ce « vous » c’était moi.

Mon chien s’appelle Jango, c’est un berger allemand que nous avons adopté à la SRPA à l’âge de 3 ans et demi.
A son arrivée chez nous, Jango était phobique de beaucoup d’objets, des jeux aussi, de l’aspirateur, de certains sons et même du mot « bonjour ». Il montrait des comportements « agressifs » envers les humains, ses congénères, tous les autres animaux, les véhicules, … Notre parcours n’est pas simple, nous avons été longtemps seuls.

C’est suite à la rencontre de Lisa Longo et son cours « face à l’environnement : aider les chiens réactifs, agressifs et phobiques » que tout a commencer à se débloquer !
En effet, Lisa Longo est une professionnelle spécialisée en comportements "exacerbés" (réactifs), son cours est disponible sur la plateforme www.muzoplus.fr .

Les solutions

  1. La première étape est de contacter votre vétérinaire et de lui parler des comportements de votre compagnon. Un check-up est indispensable pour écarter la piste médicale.

  2. La deuxième étape consiste à lister les déclencheurs des comportements exacerbés de votre compagnon.

  3. La troisième étape consistera à les éviter ! En effet, plus l'individu sera en contact avec ses déclencheurs et plus la situation va empirer.

  4. Contacter un consultant en comportement spécialisé dans le travail sur la réactivité.

  5. Faites vous aider par votre entourage <3

Si vous aussi, vous vivez avec un chien «réactif», sachez que vous n'êtes pas seul.
Il existe une communauté soudée qui peut vous soutenir dans les moments difficiles et vous encourager dans votre travail de rééducation.

Les chiens « réactifs » sont des chiens comme les autres, absolument formidables !

Pour le bien de tous, la « réactivité » est un problème comportemental qui ne devrait pas être géré sans l’aide d’un professionnel expert du sujet.

Cette vidéo représente plusieurs mois de travail sur le terrain avec Jango.
Bon visionnage ! 

Une combinaison de procédures

Après avoir déterminé quels sont les stimuli déclencheurs, la première étape d’un travail sur la réactivité est de déterminer le seuil de tolérance de l’individu envers ces déclencheurs. Ici, nous travaillons sur les humains.
Le premier seuil de tolérance de Jango envers des humains inconnus est déterminé à 120 mètres. C’est donc à cette distance que nous avons commencé le travail. Le but étant que Jango ne « déclenche » jamais sur les humains aperçus.

En effet, chaque « déclenchement » peut provoquer chez le chien l’activation du système nerveux sympathique, il en découle une libération d’hormones telles que l’adrénaline et le cortisol. Pour Jango, cela correspond au moment où il émet des comportements tels que : sauter en bout de laisse, montrer les crocs, aboyer, claquer des dents, … A ce stade, Jango est incapable de réfléchir, incapable d’apprendre. Or, pour travailler avec lui, j’ai besoin qu’il soit en pleine capacité d’apprentissage.

Trouver la bonne distance de travail est donc primordial pour la réussite de notre équipe.

Pour trouver cette distance, il faut des compétences dans l’observation du langage corporel canin.
Il faut savoir détecter les moindres signaux d’inconfort, et reculer ! Je n’avance avec Jango que lorsqu’il est à l’aise avec la situation, respectant ainsi au mieux ses émotions. Lorsque je détecte des signaux de stress tels que « haleter rapidement, langue pendante, oreilles trop en avant, corps raide, freeze, … », je recule !

Quand Jango est à l’aise, qu’il est dans de bonnes conditions pour apprendre, j’utilise une combinaison de procédure pour modifier sa réponse émotionnelle vis-à-vis des humains. Des méthodes telles que : la désensibilisation systématique, le contre-conditionnement, le renforcement positif, négatif et différentiel.

Concrètement, Jango est en longe de 15mètres ce qui lui permet d’être libre de ses mouvements tout en garantissant une sécurité en cas d’erreur de ma part ou d’événement non contrôlé. Le contrôle sur son environnement est un renforçateur primaire pour chaque individu !
Comme nous l’avons vu, nous sommes à une distance qui favorise son apprentissage.
A chaque regard vers son déclencheur, je marque le comportement à l’aide d’un clicker, et lui donne une délicieuse friandise.
Si j’aperçois des signaux corporels de stress, je prends de la distance.

Nous l’avons vu, pour que ce travail fonctionne, il faut que Jango ne déclenche plus jamais.

Cela signifie que même en dehors des sessions d’entrainement, il faut se promener là où je sais qu’il n’y aura pas ou très peu d’humains, là ou j’ai une assez grande visibilité pour anticiper l’éventuelle présence d’humains, là où j’ai la possibilité de prendre suffisamment de distance pour éviter un déclenchement et malgré toutes ces précautions, prévoir des exercices de management en cas d’apparition d’un humain non contrôlée. Ces exercices ont été travaillé au préalable dans un environnement sécuritaire afin de les connaitre sur le bout des doigts en cas d’urgence.

Tout au long de cette courte vidéo, vous avez pu apprécier la réduction graduelle de la distance à laquelle Jango est à l’aise avec les humains.


Science et bienveillance,
les secrets de la réussite !

Merci du fond du cœur à Lisa Longo, pour son aide, pour son soutien, pour son cours « Face à l’environnement : aider les chiens réactifs, agressifs et phobiques » disponible sur la plateforme d’apprentissage en ligne « muzo+ ».
Merci aux membres du Projet Méduses pour leur aide dans la création de cette vidéo.
Merci à mon chéri de s’impliquer et de partager ce travail avec moi, de son soutien au quotidien.

Et enfin, merci à mon formidable chien, Jango, d’être lui.
D’être le meilleur élève et le meilleur professeur à la fois.
D’avoir contribué à faire de moi qui je suis aujourd’hui.

Merci !

Lindsay Tonneau
Consultante en comportement animal
FearFree Certified Trainer
Lupi – Éducation et comportement animal

Disclaimer : 
Je suis sûre que vous avez toutes et tous été impressionnés par l'agressivité de Jango sur la photo de présentation de l'article. C'est tout à fait normal, vous êtes témoins de la férocité inouïe dont ce Berger Allemand de 40kg fait preuve envers.... UNE MOUCHE !!!!